Le système LMD en quelques mots….

Logo de l'Université Pour Tous

Le système LMD en quelques mots

La Déclaration Mondiale sur l’Enseignement Supérieur pour le XXIème siècle : Vision et Action et Cadre d’Action Prioritaire pour le Changement et le Développement de l’Enseignement Supérieur énonce dans son préambule qu’« un changement substantiel de l’enseignement supérieur…, l’amélioration de sa qualité et de sa pertinence et la résolution des grands problèmes auxquels il est confronté exigent la forte implication des gouvernements et des établissements d’enseignement supérieur… ». Aussi, à Madagascar le Ministère de l’Enseignement Supérieur s’est posé pour objectif de rénover l’enseignement supérieur public ou privé à travers certaines normes à suivre.

Le LMD c’est quoi ?
Le sigle LMD signifie « Licence, Master, Doctorat ». Le système représente une architecture d’enseignement supérieur inspirée de celle en vigueur dans les pays anglo-saxons. Ainsi, le cursus universitaire est divisé en trois grandes partie : Licence (Bacc+3), Master (Bacc+5) et Doctorat (Bacc+8). Ce système se pose comme objectif de rendre l’étudiant maitre de son parcours académique. En effet, les cours en salle sont réduites au profit des travaux et recherches personnelles.

Quand est-ce que le LMD est apparue à Madagascar ?
Le système LMD a été mis en place via le décret n 2008-179 portant réforme du système de l’Enseignement Supérieur et de Recherche en vue de la mise en place du système « Licence, Master, Doctorat ».

Les résultats attendus
L’objectif de la mise en place du système LMD se base surtout sur la réorganisation et la réhabilitation de la formation octroyée par les universités privées et publiques. A travers ce système, l’enseignement supérieur à Madagascar se fondera sur :
– Une architecture des études fondée principalement sur les trois grades,
– Une organisation des formations en semestre et en unité d’enseignement
– L’adoption d’un système de crédits capitalisables et transférables vers les autres instituts supérieurs d’enseignement interne et internationale,
– La délivrance d’une annexe descriptive aux diplômes dite « supplément de diplôme » afin d’assurer, dans le cadre de la mobilité nationale et internationale, la lisibilité des connaissances et aptitudes acquises.

Quel rôle joue le Ministère de l’Enseignement Supérieur ?
Dans ce schéma, le Ministère chargé de l’Enseignement Supérieur, assume la fonction de régulation ET d’habilitation des offres de formation. Le ministère est aussi le garant de la qualité de l’enseignement supérieur.

C’est quoi l’habilitation ?
C’est l’article 2 et 3 de L’arrêté n 04.151/2010 du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique portant Régime de l’habilitation des offres de formation et fixant la création, les missions, la composition et les règles de fonctionnement de la commission nationale d’habilitation, qui définit l’habilitation comme : « l’ensemble des caractéristiques pédagogiques des offres de formation proposées et, notamment, des parcours qui les constituent ainsi que des diplômes qui sanctionnent ces parcours. Elle précise, en particulier, les objectifs de formation, l’organisation des parcours en crédits et l’articulation des unités d’enseignement entre elles, leurs contenus, leurs modalités pédagogiques, les volumes horaires de formation correspondant aux enseignements et à l’encadrement pédagogique, les passerelles prévues, les modalités de validation des parcours, le cas échéant les conditions spéciales d’admission ». L’habilitation est la condition sine qua none pour que le diplôme d’une université privée soir reconnue. L’obtention de l’accréditation et de l’habilitation signifie que l’établissement et le diplôme délivré sont reconnus par l’Etat. L’accréditation étant le système de vérification contrôlant que l’établissement suit bien les normes et qu’il est en mesure d’améliorer constamment ses prestations.

Il est indéniable que le basculement vers le système LMD est un grand bond en avant pour l’enseignement supérieur malagasy. Mais les réformes ne doivent plus se porter uniquement sur la forme, il faudra que le fond des enseignements soit aussi à améliorer et qu’il tienne compte des évolutions de l’enseignement du savoir à l’international actuellement.

 

By

N. ANDRIA-MANANTENA

%d blogueurs aiment cette page :