La Démocratie n’est pas faite pour Madagascar

Démocratie madagascar

« La démocratie n’est pas faite pour Madagascar ».

C’est une affirmation qui ne devrait même pas se faire à notre époque. Mais comme, la démocratie l’impose, il faut admettre que certaines personnes, certains penseurs puissent admettre de telles opinions. Sur les pupitres universitaires, lors d’interview de politiciens ou encore sur la place publique, l’idée que la démocratie ne convient pas au peuple Malagasy est souvent citée. En effet, cette affirmation veut-elle dire que le peuple Malagasy est tellement spécifique qu’elle en arriverait à renier des valeurs universellement reconnues par tous, des valeurs pour lesquelles des millions d’homme de tous horizons sont morts à travers l’histoire, ou ne jouons-nous seulement que le jeu d’une minorité qui ne veut pas que le pays se développe et goûte à une véritable Démocratie?

Nous avons besoin d’avoir les éléments en main pour faire nos propres idées de la démocratie, pour pouvoir débattre là-dessus. Pensons que c’est surtout cette connaissance qui manque à la grande masse, nous avons voulu être le plus objectif possible dans notre démarche. Bien entendu, elle n’aura aucune valeur si vous n’êtes pas prêt à la partager et à l’améliorer en vue d’informer les autres. Dans cette optique, nous avons un excellent outil qui est le site web du magazine www.lagendademadagascar.mg. Envoyez-nous vos remarques  pour en améliorer le contenu.

 

La Démocratie n'est pas faite pour Madagascar
Photo blog Dédémada

Vox populi, vox dei

Au cours des siècles, la notion de démocratie a évolué pour en arriver à la conception moderne et actuelle. Notamment, celle qui est définie dans la déclaration universelle sur la Démocratie(1). Étymologiquement, elle est le pouvoir du peuple (Grec : Demos pour peuple et Kratos pour Pouvoir).

Elle a été maintes fois reprises dans les différents textes fondateurs de l’ère moderne comme dans l’article 21, alinéa 3 à de la déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que « (…) la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics »(2), ou encore dans le préambule de la déclaration universelle sur la démocratie de 1997 qui stipule que « (…) chaque Etat a le droit souverain de choisir et déterminer librement, conformément à la volonté de sa population, ses propres systèmes politiques (…) ». Il est donc difficile de définir autrement la démocratie que comme la volonté du peuple. Le pouvoir doit être par le peuple et pour le peuple. D’ailleurs en Malagasy, « Fanjakana » veut dire le peuple. C’est le peuple qui gouverne et non le contraire.

Evolution de la démocratie

La démocratie est la volonté du peuple. Cependant des dérives ont été constatées par les penseurs et les historiens. Certains régimes ont aliéné cette volonté pour dominer leur peuple. Certains dirigeants, de mouvance dictatoriale, se disent démocratiques et populaires pour se soulager la conscience, alors qu’ils oppressent complètement leur population sans se soucier de la volonté de leur population. De plus, les athéniens avaient basé leur démocratie pour des hommes libres mais ne le considérait pas pour les esclaves. Différenciation qui n’a plus lieu d’être en cette période où tout le monde est censé naître égaux sur la planète.

C’est pourquoi, il était plus qu’important pour les penseurs contemporains de proposer une nouvelle définition de cette notion. Ils en sont alors venus à l’expression de « démocratie moderne » ou même de « démocratie occidentale » pour en donner une nouvelle appréciation. Car effectivement, la démocratie n’est pas une notion figée dans le temps, elle évolue et elle est toujours perfectible (3).

Démocratie et rien d’autre

Dans la démocratie moderne, l’idée de base est l’opposition à une autorité divine transmise à une minorité pour régner sur les autres. Donc, elle est en totale opposition avec la monarchie dite divine ou de droit divin. Et surtout est en totale contradiction avec le fait que le pouvoir se transmet de génération en génération, de père en fils. Dans cette même optique, la démocratie ne tolère pas la prise de pouvoir par les armes ou par les puissances financières. Ces éléments ne devant pas permettre d’avoir « tous les droits »(4).

La Démocratie n'est pas faite pour madagascar
Photo: Blog de Dédémada

Aujourd’hui, plus qu’auparavant, la voix du peuple est la voix de Dieu(5). Elle est donc inaliénable et ne peut être viciée de n’importe quelle façon. Si le peuple veut la démocratie à l’occidentale, il faut lui expliquer ce qu’est la démocratie à l’occidentale, ainsi que les principes qui la régissent. Sinon, il faut lui dire quelles alternatives il dispose. Cela peut être l’anarchie, la dictature ou encore la monarchie. Le peuple doit être souverain. Il doit pouvoir avoir le choix s’il veut souffrir ou bien s’il veut vivre libre et heureux comme les autres. La vision est simple, l’homme ne peut pas dire qu’il mange une patate alors qu’il est en train d’avaler de la viande, de même, il ne peut pas dire qu’il est dans une démocratie alors qu’il ne suit aucun des principes de cette démocratie.

 

Les principes de la démocratie portent vers le développement et la paix sociale

Plusieurs principes composent la démocratie moderne. Ils représentent un tout indivisible. Et étant « un idéal universellement reconnu et un objectif fondé sur des valeurs communes à tous les peuples qui composent la communauté mondiale, indépendamment des différences culturelles (…) »(Déclaration universelle sur la démocratie ), il n’existe donc pas de peuple qui soit indifférent aux valeurs élaborées pour cette démocratie. Ces principes fondamentaux seront relevés dans la Déclaration universelle sur la démocratie:

1- Des élections libres, sincères et régulières (préambule)

Le premier pilier de la démocratie est l’élection. Qu’importe le mode de suffrage choisi, et c’est au choix de ce dernier que doit s’exprimer les différences culturelles des peuples, les élections représentent le fer de lance de cette notion universelle qu’est la démocratie. Aller voter ne doit donc plus être un droit mais une véritable obligation, ne serait-ce que morale de chacun, pour affirmer sa volonté.

2- L’égalité des sexes (article 4)

Dans la démocratie, les hommes autant que les femmes, ont les mêmes droits et les mêmes obligations envers leur pays. L’interaction entre les deux genres doit être importante dans la gestion des affaires de ce dernier. La complémentarité et surtout l’égalité de traitement doivent être assurées en tout temps. A tous les niveaux de l’Etat, cette parité doit être exemplaire.

3- L’alternance démocratique et l’accession au pouvoir (article 5)

La libre concurrence politique doit favoriser l’alternance démocratique. Mais surtout, la participation populaire doit être ouverte à toutes les personnes. Les élections doivent être libres, non discriminatoires et mises en place selon les textes constitutifs du pays autant dans leur esprit que dans leur lettre.

4- Le respect des liens entre la démocratie et les grands principes universels (article 6)

Les instruments internationaux en question sont la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, le pacte international relatif aux droits civils et politiques et le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966, la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale de 1965, et la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes de 1979. « Ces droits doivent être réellement appliqués et leur juste exercice doit être assorti de responsabilités individuelles et collectives » (article 6).

5- Le respect des lois (article 7)

La démocratie tire ses bases de l’application stricto sensu du droit et de l’exercice des droits de l’homme. Dans ce genre de régime, aucune personne physique ou morale, ne peut être au-dessus de la loi. Par conséquent, tout le monde doit être égaux devant cette dernière.

6- Le développement économique, social et culturel (article 8)

« Le développement économique, social et culturel sont autant la condition que le fruit de la démocratie » (article 8). Le résultat du développement des pays occidentaux ne peuvent être dissocié de la démocratie. De plus, il est à remarquer que son respect dépend en grande partie des développements mentionnés ci-dessus.

 

La Démocratie n’est pas faite pour Madagascar: mensonge elle est faite pour tous!

Au même titre que l’éducation ou le droit de ne pas avoir faim, la démocratie est une idéologie et une valeur universelle. Elle peut être utilisée par tous les peuples du monde. Les raisons culturelles et historiques ne tiennent pas. En effet, avant d’être ce qu’ils sont aujourd’hui, les pays occidentaux ont aussi traversé leurs histoires, sur certains points les mêmes que les nôtres. Ils ont franchi les mêmes obstacles.

La Démocratie n'est pas faite pour Madagascar
Photo: nouvelobs

Les personnes qui ne tiennent pas compte de l’histoire sont amenés à toujours revivre les mêmes erreurs du passé. Or, des peuples et des hommes se sont battus pour que les générations n’aient plus à souffrir. Ils se sont battus pour que tout le monde puisse avoir accès à certaines valeurs universelles dont la démocratie en fait partie intégrante. Ne l’oublions pas, c’est pour la démocratie et pour la liberté que des Malagasy sont morts durant la deuxième guerre mondiale (même s’ils ont été forcés d’y participer), en 1972, en 1991, en 2002 et plus récemment en 2009. Sommes-nous prêts à bafouer le courage et le martyre de ces femmes et hommes qui se sont battus pour des valeurs nobles afin que la volonté du peuple soit respectée ?

La démocratie se mérite par le biais des efforts

Bien évidemment, nous avons nos spécificités, comme les autres peuples d’ailleurs. Cela ne doit pourtant pas empêcher que si certains ont trouvé la voie pour se développer tant économiquement, humainement, socialement et culturellement, il n’y a aucune raison pour que nous ne les suivons pas. Est-ce qu’en ayant adopté la démocratie, la France ou les Etats-Unis ont perdu leur valeur culturelle ou leur histoire ? La réponse est catégoriquement «NON». N’est-ce pas chez nous plutôt qu’on refoule à nos pieds nos valeurs et nos patrimoines. Et n’est-ce pas les champions de la démocratie qui nous aident à les protéger pour les générations futures ?

La Démocratie nécessite du courage et de l’effort de la part de chacun d’entre nous. Elle s’inculque et se partage. Elle est toujours perfectible, c’est pourquoi elle évolue, sans perdre que l’homme est au centre de tout. Il faudra donc sans cesse analyser les raisons qui peuvent être des entraves à la mise en place d’une société démocratique effective. Il faudra ensuite les surpasser, non seulement pour nous, mais aussi pour les générations futures.

 

(1) Déclaration adoptée sans vote par le Conseil Interparlementaire lors de la 161ème session au Caire en Septembre 1997

(2) Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948

(3) Déclaration universelle sur la démocratie, article 2

(4) http://education.francetv.fr/matiere/education-civique/premiere/article/democratie-le-pouvoir-du-peuple-par-le-peuple

(5) « Vox populi, vox dei »

 

By Andria RAZAKANDREMA

Photos: Nouvelobs / Dédémada / Internet

Pour d’autres articles, n’hésitez pas à consulter la catégorie Grand dossier

 

%d blogueurs aiment cette page :